Albinisme : définition

Définition de l’albinisme

Le terme albinisme fait généralement référence à l’albinisme oculocutané (OCA), groupe de maladies héréditaires dans lesquelles la production de pigment, la mélanine, est faible ou nulle. Le type et la quantité de mélanine produite par le corps déterminent la couleur de la peau, des cheveux, des poils et des yeux. La mélanine joue également un rôle dans le développement des nerfs optiques, de sorte que les personnes ou les animaux atteintes d’albinisme ont des problèmes de vision.

L’albinisme chez les animaux

Chaque animal – des cafards aux singes – fabrique de la mélanine et peut être atteint d’albinisme. On estime que ces animaux ont des difficultés à survivre dans la nature. Leur taux de survie est pratiquement nul. Les prédateurs les sortent facilement d’un groupe. Les familles et les groupes sociaux peuvent les exclure car à tous les autres membres, ils ont l’air étrangers. En captivité, les animaux albinos s’en sortent mieux.

En ce qui concerne l’accouplement, certaines espèces s’en sortent mieux que d’autres. Le paon albinos attire très bien les femelles.

L’apparition de l’albinisme couvre toute la gamme du règne animal. Selon le Missouri Conservationist, au moins 300 espèces d’Amérique du Nord ont eu au moins un cas signalé d’albinisme. Les chercheurs observent que l’albinisme se produit une fois sur 10 000 naissances de mammifères. L’albinisme est beaucoup plus fréquent chez les oiseaux, se produisant une fois sur 1 764 naissances. Diluer ou étendre le pool génétique d’une espèce réduit considérablement les risques d’albinisme.

Les animaux albinos sont des animaux de compagnie prisés et coûteux.

Crédits photos : Mariya Prokopyuk ; Peter Trimming ; Nathalie Alpi ; Santanu Sen

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !