Comment reconnaitre une mouette d’un goéland ?

Généralement à proximité des côtes, en bord de mer, le long des canaux, parfois même en ville, on aperçoit ces silhouettes blanchâtres vagabonder dans le ciel à l’affût de la moindre portion de nourriture.

Ces oiseaux appartiennent à la famille des laridés. Elle inclue les mouettes et les goélands.

Dix espèces au total sont nicheuses en France :

  • Goéland leucophée,
  • Goéland argenté,
  • Goéland cendré,
  • Goéland marin,
  • Goéland brun,
  • Goélands railleur et d’Audouin, espèces rares et méditerranéennes.
  • Mouette rieuse,
  • Mouette mélanocéphale,
  • Mouette tridactyle.

Savoir différencier le goéland de la mouette

Goéland argenté

Les espèces de l’intérieur des terres sont, pour la plupart, communes. Elles se rassemblent habituellement, hors période de nidification, en grandes colonies dans des dortoirs qui peuvent se situer jusqu’à 40 km de leur zones de nourrissage.

Même si les deux espèces d’oiseaux sont cousines et présentent des colorations similaires oscillant entre le gris, noir et blanc, elles restent toutefois reconnaissables à quelques détails. La plus grosse difficulté réside dans la détermination de l’espèce lorsqu’on observe des individus immatures. En effet, cette famille d’oiseau possède la particularité de muer plusieurs fois avant d’atteindre leur plumage adulte : 2, 3 ou encore 4 classes d’âge existent selon les espèces.

Pour lister ces différences inter-espèces, ci-dessous sont classées les espèces en fonction du nombre de classe d’âge :

Deux classes d’âge : 

–        La Mouette rieuse

–        Les espèces de petite taille

Trois classes d’âge : 

–        La Mouette pygmée

–        Le Goéland cendré

Quatre classes d’âge : 

–        Tous les goélands de grande taille tel que le Goéland argenté

Reconnaitre la mouette du goéland

Mouette rieuse

Plus d’explications sur la mue chez les oiseaux :

Le passage du plumage juvénile à celui d’adulte s’effectue via plusieurs mues consécutives qui consistent au remplacement des vieilles plumes par de nouvelles.

La première mue des laridés intervient au moment où le jeune individu est capable de voler afin de lui permettre d’arborer son plumage de 1er hiver. Arrivent ensuite la mue de printemps (d’une durée d’environ 1 à 2 mois) et celle d’automne (3-4 mois).

Les deux premières mues sont partielles, seules les plumes de la tête et du corps tombent, tandis que la mue automnale est complète. Les rémiges (grandes plumes dirigées vers l’extérieur et à l’arrière de l’aile) et les rectrices (plumes de la queue) sont, quant à elles, gardées pendant toute une année.

Cependant, il n’y a pas que les juvéniles qui muent, les adultes aussi ! La mue de printemps leur donne le plumage nuptial tandis que celle d’automne aboutie au plumage internuptial. Le bec et les pattes subissent un changement de coloration progressif au même titre que le plumage.

C’est pourquoi l’identification d’une espèce d’oiseau est assez ardue : les oiseaux ne présentent pas les mêmes caractéristiques en période de reproduction ou non. Mais vous avez de la chance, les goélands sont des oiseaux peu farouches et ils se laissent facilement approcher. Cela vous laissera tout le temps nécessaire d’apprendre à les reconnaitre.

Venons-en maintenant aux différents indices qui vous permettront de reconnaitre une mouette d’un goéland.

Différences au niveau des caractéristiques physiques

La taille : premier point important à regarder

Il est clair que les goélands sont de taille bien supérieure à celle des mouettes. Leur envergure s’échelonne entre 90 cm (pour le Goéland railleur) et 165 cm (pour le Goéland marin). Même la plus grosse des mouettes ne peut les concurrencer avec ses 105 cm d’envergure. Il s’agit de la Mouette tridactyle.

Le bec : second critère à observer

La majorité des goélands présentent un gros bec jaune avec habituellement une tache rouge située sur la mandibule inférieure. Seuls les goélands railleur et d’Audouin possèdent un bec respectivement noir et rouge avec la pointe noire.

Les mouettes quant à elles affichent un petit bec rouge ou noir selon la saison. Seule la mouette tridactyle exhibe un bec jaune et fin.

Et enfin, la couleur du plumage

Les mouettes arborent une tête à capuche noire-chocolat ou toute blanche (Mouette tridactyle) en période de reproduction et présentent des traces noires ou grisâtres sur la joue et la partie supérieure de l’œil en période internuptiale. On appelle aussi ces zones colorées de gris, les taches parotiques.

Les goélands présentent plus simplement une tête blanche, un œil clair souvent entouré de jaune.

Les différentes espèces de mouettes

Mouette rieuse, adulte en période internuptiale

Mouette rieuse 

adulte internuptial

Mouette mélanocéphale adulte internuptial

Mouette mélanocéphale

adulte internuptial

Mouette tridactyle adulte internuptial

Mouette tridactyle

adulte internuptial

Mouette rieuse adulte en période nuptiale

Mouette rieuse

adulte en période nuptiale

Mouette mélanocéphale adulte en période nuptiale

Mouette mélanocéphale

adulte en période nuptiale

Mouette tridactyle adulte en période nuptiale

Mouette tridactyle

adulte en période nuptiale

Les différentes espèces de goélands

Goéland leucophée Dos gris clair

Goéland leucophée

Dos gris clair

Bec jaune avec

tache rouge

Pattes jaunes

Goéland brun dos gris foncé

Goéland brun

Dos gris foncé

Bec jaune avec

tache rouge

Pattes jaunes

Goéland argenté dos gris clair

Goéland argenté

Dos gris clair

Bec jaune avec

tache rouge

Pattes roses

Goéland cendré dos gris clair

Goéland cendré

Dos gris clair

Petite taille

Bec jaune verdâtre

Pattes jaunes-verdâtres

Goéland railleur bec fin rouge, pattes rouges

Goéland railleur

Dos gris clair

Bec fin rouge

Pattes rouges

Goéland d’Audouin, dos gris clair, bec épais rouge + tache noire

Goéland d’Audouin

Dos gris clair

Bec épais rouge + tache noire

Pattes verst foncé

Goéland marin grande taille, dos gris foncé, bec jaune

Goéland marin

Grande taille

Dos gris foncé

Bec jaune + tache rouge

Pattes roses claires

Différences au niveau du cri et/ou du chant (pour les plus mélomanes)

C’est dans cette catégorie que vous pourrez trancher définitivement ! Car chaque espèce possède son propre cri et/ou chant. Rien ne vous empêche de sortir discrètement votre Smartphone afin d’enregistrer le doux son des oiseaux et de comparer une fois chez vous à quelle espèce il s’y rapporte. Vous trouverez tous les cris et chants sur le site xeno canto.

Différences au niveau de l’environnement, du milieu occupé ou du comportement

Près du littoral ou dans les villes côtières, vous croiserez plus volontiers des goélands, qui sont des oiseaux marins. Les mouettes s’éloignent plus du littoral et préfèrent l’intérieur des terres.

Les goélands sont beaucoup moins farouches que les mouettes, ainsi, le voleur de frites sur la plage sera certainement un goéland plutôt qu’une mouette. Cette dernière, plus craintive, ne risquera pas de s’approcher de vous pour vous piquer votre casse-croute…

Voilà, vous avez toutes les clefs en main, bonnes observations !

Auteur : Aurélie BEA

Ressources bibliographiques :

  • Le guide ornitho – guide DELACHAUX nouvelle Edition
  • CINQUIÈME RECENSEMENT NATIONAL DES OISEAUX MARINS NICHEURS EN FRANCE MÉTROPOLITAINE : BILAN FINAL 2009-2012

Crédits photos : hedera.baltica ; Nik Borrow ; naturalhistoryman ; Vitalii Khustochka ; Yann Brilland ; Jörg Hempel ; Allan Hopkins ; Anita Gould ; Corine Bliek ; Ekaterina Chernetsova (Papchinskaya) ; Blake Matheson ; Len Worthington ; Bengt NymanOuwesok

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

dictum libero. mi, Donec diam quis, mattis id felis ipsum vel, libero