Le tigre fascine les hommes depuis des milliers d’années : tantôt adulé, tantôt craint, il se démarque par sa puissance. Déjà, les Grecs et les Romains lui attribuèrent le nom de tigris, dérivé de tighri signifiant « flèche » en persan, mais aussi « le tigre prêt à bondir ». Les populations semi-nomades d’Asie centrale le vénéraient pour sa puissance et son habileté.

Aujourd’hui, ce félin est considéré par la plupart d’entre nous comme l’animal sauvage le plus charismatique, avant le lion et l’éléphant.

Afin de mieux le connaître, voyons ensemble 5 faits étonnants le concernant !

1- Une espèce, plusieurs sous espèces

Ce mammifère asiatique est connu sous le nom scientifique Panthera tigris. Il est subdivisé en 9 sous espèces, 6 sont toujours en vie et 3 ont disparu.

Les sous-espèces vivantes

  • Le tigre du Bengale est la sous-espèce la plus répandue avec environs 2500 individus. Il est présent principalement en Inde, mais aussi au Bangladesh, au Népal, au Bhoutan, en Chine et au Myanmar.
  • Le tigre de Sibérie ou tigre de l’amour évolue dans les forêts boréales de Sibérie. Cependant, il subsiste aujourd’hui très peu d’individus, ils seraient environs 450 !
  • Le tigre d’Indochine se trouve en Asie du Sud-Est ; la Thaïlande abrite les quelques 200 individus qui se trouvent encore à l’état sauvage dans les forêts tropicales.
  • Le tigre de Malaisie vit principalement en Malaisie comme l’indique son nom. Cependant, il a été confondu avec le celui d’Indochine jusqu’en 2004, où il a été identifié comme une sous-espèce à part entière. On retrouve environs 300 individus dans les forêts, steppes et régions marécageuses.
  • Le tigre de Sumatra vit sur l’île qui porte son nom, environ 400 individus cohabitent avec rhinocéros, orangs-outans et éléphants.
  • Le tigre du sud de la Chine ne s’y retrouve presque plus à l’état sauvage. Cette espèce est en danger d’extinction.

Des sous espèces qui n’ont pas survécu

Les tigres sont classés « en danger » par l’UICN, malgré cela, 3 de ses sous-espèces n’ont pas survécu et se sont éteintes ces 80 dernières années. C’est le cas du tigre de Caspienne, de Java et de Bali.

2- Un superprédateur

Ce mammifère fait partie des félins les plus imposants, avec à sa tête, le tigre de Sibérie qui, avec ses 350 KG, est le plus lourd de tous !

C’est un superprédateur carnivore qui a besoin de 50 à 60 proies par an pour survivre. Il s’attaque à des animaux de taille moyenne comme le cerf ou le cochon sauvage. Mais il peut également chasser des proies bien plus volumineuses, comme des gros bovins, ou même parfois des petits éléphants et rhinocéros. Ce félin asiatique est le garant de la régulation des populations animales qu’il chasse.

Le tigre, félin carnivore d'Asie en danger de disparition

Le tigre, félin carnivore d’Asie en danger de disparition

3- Une vision imparable

La vision du tigre, dans l’obscurité, est 6 fois supérieure à celle de l’homme. Et pour cause ! Chassant principalement la nuit, sa vision est beaucoup plus performante à ce moment là qu’en journée. Sa pupille ronde lui permet un large champ visuel.

4- Des rayures qui permettent de se reconnaître

Les rayures du tigre sont de vraies « cartes d’identité ». Elles sont pour eux ce que les empreintes digitales sont pour l’homme. Aucun félin n’a les mêmes rayures sur son pelage, cela permet de les identifier.

5- Victime de sa splendeur

Ce carnivore est victime de sa splendeur. Outre la destruction de son habitat naturel (transformation des forêts en champs agricoles) et les conflits avec les hommes (représailles envers les tigres après des attaques) qui lui portent grandement préjudice, le braconnage est la première cause de sa disparition.

En effet, il aurait soi-disant des vertus médicinales dans la médecine traditionnelle asiatique : ses os soigneraient les rhumatismes, ses organes génitaux guériraient l’impuissance, son cerveau agirait contre la fatigue et les boutons. Bien qu’aucune de ces vertus ne soit avérées, il existe encore bien d’autres maux que les organes du tigre seraient susceptibles de guérir. Pour ne rien arranger, consommer ces produits seraient en plus un signe de pouvoir et de réussite sociale.

Il est grand temps, à notre tour, de soigner les maux du tigre.

Sources : 

Albert, C., Luque, G.M., & Courchamp, F. (2018). The twenty most charismatic species. PLoS ONE 13(7).

http://Awely-tigres.org

http://larousse.fr/encyclopedie/vie-sauvage/tigre/178156

http://wwf.be

Crédits photos : Soren Wolf ; Mathias Appel

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

risus ut sem, dictum leo. ut