Parmi les quatre espèces de hyènes présentent dans le monde (la hyène rayée, la hyène brune et le protale), la hyène tachetée est sans doute la plus connue pour son cri en forme de rire ou de ricanement. Ce carnivore vit en groupe de dix à cent individus en Afrique subsaharienne et possède une structure sociale complexe. Malgré leur mauvaise réputation de charognard, les hyènes sont des animaux surprenants qui méritent d’être protégés et compris davantage.

1 – Les femelles hyènes dominent le groupe 

Chez les hyènes tachetées, ce sont les femelles qui sont à la tête du groupe. Un système matriarcal où toutes les femelles, même celles au plus bas de l’échelle, dominent tous les autres mâles. Elles sont beaucoup plus agressives et plus grandes que les mâles, expliqué en parti par un taux d’hormone mâle (testostérone) très élevé.

A l’heure du repas, les femelles accèdent en premier à la nourriture alors que les mâles doivent attendre patiemment leur tour.

2 – Les mâles sont exclus du groupe une fois adultes

Lorsque les petits naissent, ceux-ci héritent du rang de leur mère. Les femelles restent dans leur clan toute leur vie alors que les mâles doivent quitter le groupe une fois atteint l’âge adulte (2-3 ans). Il leur faut trouver ou former un nouveau clan pour espérer s’élever dans la hiérarchie mais ils ne pourront jamais être égaux face aux femelles.

3 – Une anatomie hors du commun caractérise ces mammifères

Dans le règne animal, ces mammifères ont un physique hors norme.

  • Il est très difficile de différencier les mâles et les femelles à l’œil nu. En effet, celles-ci possèdent un pseudo-pénis qui est le résultat d’une fusion entre l’urètre et leur appareil génital. D’un point de vue extérieur, elles ressemblent donc à des mâles en plus gros.
  • Leur pelage, couleur sable couvert de tâches noires et marrons permettent aux hyènes de se camoufler dans le paysage pour mieux surprendre leurs proies.
  • La mâchoire puissante de ce carnivore peu supporter 3 tonnes de pression au cm2, ce qui lui permet de briser des os, des cornes et les sabots de ses proies.
  • D’autre part, leurs pattes avant sont plus grandes que celles de derrière !

Hyène tachetée dans la savane africaine - Instinct Animal

Une hyène tachetée dans la savane africaine

4 – Des moyens de communication surprenants

Comme chez la plupart des animaux, la hyène tachetée utilise plusieurs moyens de communication pour se faire comprendre de ses congénères.

Le plus emblématique est sans aucun doute le ricanement. Chaque individu possède son propre cri, permettant aux autres membres du groupe de le reconnaître et donc d’identifier son rang hiérarchique. Ces cris sont surtout entendus lors d’un repas pour définir qui mangera en premier mais également pour faire fuir ou tenir à distance un prédateur comme le lion.

Une autre particularité des plus surprenantes, est que, les femelles utilisent l’érection grâce à leur pseudo-pénis pour communiquer leur dominance au sein du clan. Cette particularité est unique en son genre car ce type de communication est normalement réservé aux mâles.

5 – Alimentation et rôle écologique des hyènes tachetées

Contrairement aux idées reçues, la hyène tachetée se nourrit de charognes mais elle est surtout une excellente chasseuse. Elles sont capables de chasser en groupe très organisé et de s’attaquer à des animaux comme des zèbres, des girafes, des gnous et des buffles.

Les hyènes jouent un rôle écologique important dans la savane Africaine. En mangeant les carcasses des animaux morts, celles-ci évitent la propagation de maladies. Ces animaux extraordinaires possèdent un système immunitaire et digestif résistant à certaines maladies comme l’anthrax.

Crédits photos : pixabairis tonyo_au

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
id libero eget vel, Nullam libero. ut eleifend at venenatis