Lorsque nous entendons le mot « félin » nous pensons souvent au lion, au tigre, à la panthère ou encore au jaguar. La popularité de ces impressionnantes espèces, faisant partie des « grands félins », a souvent tendance à éclipser leurs cousins, plus petits, mais tout aussi fascinants : les petits et moyens félins. Découvrez-en cinq espèces méconnues !

Le serval, l’incroyable sauteur

Originaire d’Afrique, le serval se distingue des autres félins à son corps très élancé, mais également par sa technique de chasse. Grâce à ses oreilles surdimensionnées, il est capable de détecter de loin les rongeurs et autres petits mammifères, qui représentent ses principales proies. Il peut rester immobile pendant une quinzaine de minutes en attendant le moment opportun, puis, grâce à ses longues pattes, peut effectuer un bond jusqu’à 4 mètres de long ! Il possède en effet les membres les plus longs et fins de tous les félins, proportionnellement à sa taille.

Rapide coureur, il peut atteindre des vitesses avoisinant 80 km/h. Capable de sauter jusqu’à 3 mètres de hauteur, les oiseaux peuvent également faire partie du menu de ce carnivore. Cet agile chasseur arrive à attraper sa proie presque une fois sur deux, ce qui représente le taux de réussite de chasse le plus élevé de la Famille des Félidés.

Le serval, félin d'Afrique aux grandes oreilles

Le serval est caractérisé par ses longues pattes et ses grandes oreilles.

Le chat viverrin, le spécialiste de la pêche

Le chat viverrin, aussi appelé chat pêcheur, possède des pattes en partie palmées, munies de griffes partiellement rétractables. Celles-ci sont parfaitement adaptées aux milieux marécageux asiatiques qu’il fréquente ainsi qu’à son mode d’alimentation. En effet, comme son nom l’indique, ce carnivore à tendance piscivore se nourrit essentiellement de poissons et de crustacés. Guettant patiemment une proie depuis la rive ou dans les eaux peu profondes, il est capable de la saisir d’un coup de patte. Très bon nageur, il peut également plonger pour la poursuivre.

Le chat viverrin (pêcheur), félin piscivore aux pattes palmées

Le pelage du chat viverrin est gris et parsemé de taches et de rayures.

L’ocelot, le « léopard nain »

L’ocelot est un félin aux pattes trapues couramment retrouvé dans les forêts d’Amérique centrale et du Sud. Adepte de l’escalade, il n’a aucun mal à grimper aux arbres pour y trouver une branche sur laquelle se reposer pendant la journée. Ce Félidé est en effet nocturne, et possède une vision particulièrement bien développée ainsi qu’un sens aigu de l’odorat pour localiser ses proies dans la nuit. Très bon chasseur, il se nourrit de petits rongeurs, de reptiles, d’oiseaux, d’opossums, voire de tamanduas, de saïmiris ou de tortues. Ses atouts utiles à la chasse peuvent également s’avérer avantageux comme stratégie anti-prédation, car bien que prédateur lui-même, il peut devenir la proie d’harpies féroces, de pumas, de jaguars, ou d’anacondas.

Ocelot, félin d'Amérique Centrale et du Sud, bon grimpeur

L’ocelot est un très bon grimpeur.

Le caracal, le chasseur des hautes herbes

Egalement appelé lynx de Perse ou lynx du désert, le caracal n’est pourtant pas classé dans le même groupe que ces cousins les lynx. Il tient son nom du mot turc « karakulak » signifiant « oreilles noires » et faisant référence aux grandes oreilles terminées par une touffe de longs poils noirs qui le caractérisent. Celles-ci lui confèrent une excellente ouïe. La fourrure beige et rousse de son corps élancé se confond parfaitement dans les hautes herbes des milieux secs d’Afrique et d’Asie.

Il est connu pour sa capacité à sauter à plus de 2 mètres de hauteur, sans élan, pour attraper des oiseaux au vol. Outre la volaille, il chasse essentiellement des rongeurs, des petits singes ou des antilopes, mais ce redoutable chasseur est également capable de s’attaquer à des proies deux fois plus grosses que lui.

Le caracal, félin aux grandes oreilles terminées par une touffe noire

Les poils noirs qui terminent les oreilles du caracal peuvent mesurer entre 5 et 10 cm de longueur.

Le jaguarondi, l’insolite « chat-loutre »

Retrouvé en Amérique du Sud, le jaguarondi est souvent surnommé « chat-loutre » en raison de son allure qui rappelle celle des Mustélidés. Son corps fuselé possède des pattes très courtes et a la particularité d’être couvert d’un pelage totalement uni, variant du noir au gris en passant par le marron-rouge selon les individus. Doté d’une longue queue, sa tête est remarquablement petite par rapport à sa taille et ses oreilles sont de forme arrondie.

Généralement solitaire, il est l’un des rare félins à pouvoir être observé vivant en couple. Bon nageur, il chasse souvent des poissons et des grenouilles, mais se nourrit également de rongeurs, d’oiseaux, de reptiles ou d’invertébrés.

Le jaguarondi ou chat loutre, félin d'Amérique du Sud aux pattes courtes

Le jaguarondi est généralement diurne.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

adipiscing Lorem ut ut Aliquam neque.