Oiseau blessé : que faire ?

L’oiseau est-il vraiment blessé ou en détresse ?

Avant d’agir, il est important de savoir si l’individu trouvé est vraiment blessé. Un oiseau à terre n’est pas forcément en danger ou abandonné par ses parents. Prenez le temps d’observer l’environnement autour de vous (nid ou cavité à proximité, cris d’alarme des parents, arbre, buisson…). Trop d’individus sont pris en charge et amenés en centre de soins sans réelles causes de détresse.

Idéalement, ne recueillez un animal que s’il présente de réels signes de blessures (saignement, aile pendante, impossibilité de se tenir sur ses pattes, animal prostré ou ébouriffé au sol, yeux mi-clos…). Face à l’Homme, un animal sauvage choisira quasiment systématiquement la fuite. S’il s’avère que vous êtes en présence d’un individu qui reste immobile alors que vous vous approchez de lui, il est fort probable qu’il s’agisse d’un oiseau en détresse. Un animal incapable de bouger est vraisemblablement malade, affaibli ou blessé. Il est donc nécessaire d’agir au plus vite.

Que faire si je trouve un oiseau blessé ou abandonné ?

Comment capturer l’oiseau blessé ?

1. Assurez-vous d’avoir un carton d’une taille adaptée pouvant accueillir l’animal : ni trop grand (l’animal risquerait d’aggraver sa blessure en cherchant à se déplacer), ni trop petit. Percez des petits trous afin de laisser l’air passer pour que l’animal puisse respirer convenablement.

2. Avant toute manipulation, protégez-vous en mettant une paire de gants. Méfiez-vous des serres des rapaces (buse, milan noir…) et des coups de bec des échassiers (héron cendré, cigogne blanche, grue cendrée…) !

3. Procédez à la capture avec calme et précaution à l’aide d’un tissu (serviette, torchon, vêtement…). Ceci permet de vous mettre en sécurité et de limiter le stress de l’animal. Une fois la tête couverte, l’oiseau ne cherchera plus à se sauver ou à vous attaquer.

Capturez l'oiseau blessé avec précaution et calme pour ne pas le stresser

4. Veillez à plaquer les ailes de l’oiseau contre son corps lorsque vous vous en saisissez, elles sont fragiles et une aile cassée ne se répare pas facilement.

5. Placer le rapidement dans le carton afin d’éviter toute source de stress supplémentaire qui pourrait aggraver son état. Inutile de l’exhiber !

6. Ne lui donnez ni à manger ni à boire. Même en voulant bien faire, vous risqueriez de l’étouffer ou de lui donner une nourriture inadaptée.

7. Placer le carton dans une pièce calme et isolée.

Enfin, contactez le centre de soins à la faune sauvage le plus proche de chez vous.

Vous pourrez trouver sur ce site les coordonnées des centres de soins à la faune sauvage en France et en Europe : https://www.secours-faunesauvage.eu/liste-des-centres.

En France, il est interdit de conserver ou transporter un oiseau sauvage

Le saviez-vous ?

Enfin, il est important de rappeler qu’en France il est illégal de détenir ou de transporter un oiseau sauvage sans permission, sauf pour l’apporter dans un centre de soins ou s’il est en détresse. Conserver chez soi un animal d’espèce protégée, même blessé, constitue une infraction sanctionnée par le code de l’environnement. En effet, il s’agit avant tout d’un animal sauvage et en aucun cas d’un animal domestique !

Les structures à contacter si je trouve un oiseau blessé

Il convient donc pour un particulier qui serait amené à recueillir un animal blessé de contacter les structures suivantes :

Cas particuliers

J’ai trouvé un oisillon tombé du nid, que dois-je faire ?

Tout d’abord, comme lors de la découverte d’un animal qui vous semble en détresse, prenez le temps d’observer l’environnement autour de vous. Est-il blessé ? En danger ? Le nid est-il à proximité ? Est-il seul ?

Si l’oisillon est dans l’incapacité de s’envoler mais sautille de branche en branche ou volète au-dessus du sol, n’intervenez pas. Il saura rejoindre de lui-même les hautes branches et s’y abriter. Si vous l’avez déjà recueilli, remettez-le vite où vous l’avez trouvé.

Oisillon tombé du nid : les recommandations

Si vous avez localisé le nid et qu’il est à portée, vous pouvez tenter de replacer l’oisillon. Si le nid est détruit ou introuvable, vous pouvez essayer d’en construire un sommaire.

Si l’oisillon découvert se trouve exposé au danger (prédateurs, route…) essayez de le mettre en sécurité (en hauteur, dans un buisson, une haie, un arbre…) à proximité de l’endroit où vous l’avez découvert.

S’il s’agit d’un rapace nocturne (hiboux, chouettes) : le plus sage est de le placer en hauteur sur une branche. Ses parents, alertés par ses cris, le localiseront facilement et pourront lui apporter la nourriture dont il a besoin.

Dans le cas des martinets et des hirondelles : il n’est pas rare de trouver un jeune martinet ou jeune hirondelle qui a raté son envol. Si le nid est accessible le mieux sera d’y replacer l’oiseau. Dans le cas contraire, sa seule chance de survie est d’être recueilli par un centre de soins à la faune sauvage.

Si l’oisillon vous semble trop affaibli ou mal en point veuillez contacter le centre de sauvegarde de la faune sauvage le plus proche.

Le saviez-vous ?

Les oiseaux, contrairement aux mammifères, ont un odorat très peu développé. Aussi, sachez que le fait de les toucher n’entraînera aucun rejet par les parents.

J’ai trouvé un oiseau bagué

Le baguage des oiseaux sauvages est une technique utilisée dans le monde de l’ornithologie qui permet de fournir de précieuses informations concernant la biologie des espèces. Que ce soit la stratégie migratoire, la biométrie, le taux de mortalité ou bien encore l’âge, le baguage peut contribuer efficacement, grâce à l’amélioration des connaissances, à une meilleure protection et gestion des espèces.

Si l’oiseau est simplement sonné et qu’il repart : notez le numéro de la bague, si possible le nom de l’espèce (photo le cas échéant), le lieu et la date de la découverte et les circonstances dans lesquelles vous l’avez trouvé.

Si l’animal est découvert mort, notez les mêmes informations citées ci-dessus en indiquant si possible l’état du cadavre (frais, décomposé, sec) et renvoyez la bague à l’adresse suivante :

Centre de Recherches par le Baguage des Populations d’Oiseaux (CRBPO) – 55 rue Buffon – 75005 PARIS – 01 40 79 30 78 – https://crbpo.mnhn.fr/

Auteur : Louise Jullien

Photos : Dave_S. ; Gaurika Wijeratne ; nosha

GUIDES ET CONSEILS AUTOUR DES OISEAUX DES JARDINS

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Suivez-nous sur Facebook

Inscrivez-vous à la Newsletter

venenatis id, non Phasellus justo leo. elit. dapibus in felis