Savoir reconnaître le chant des oiseaux des jardins

Réussir à identifier une espèce d’oiseau à partir de son chant n’est pas chose facile. En effet, ils ne se comportent pas de la même façon en fonction de la saison.

Pendant la saison de reproduction (avril à juillet), ils ont tendance à émettre leurs émissions vocales et durant le reste de l’année les oiseaux ne sont quasiment identifiables qu’à leurs cris (de contact, d’alerte etc…).

Ainsi voici quelques critères simples afin de vous aider à déterminer de quel oiseau il s’agit à partir de son chant.

Les chants d’oiseaux simples et constitués d’un seul type de son

Le Bouvreuil pivoine

Cri, bruit, son du Bouvreuil pivoine

Photo Flickr : pete beard

Le Bouvreuil pivoine, fringille grand et charpenté émet un cri de contact bref et sifflé de type « pi (uy) » légèrement mélancolique et son chant reprend cette syllabe afin d’obtenir un chant doux, haché et descendant.

La Cisticole des joncs

Cri, bruit, son de la Cisticole des joncs

Photo Flickr : Victor

Son chant se compose d’un bref son aigu et métallique qu’elle répète sans relâche : « tsit…tsit….tsit… ».

Chant de la Cisticole des joncs

par Aurélien Audevard – Xeno-Canto

Le Bruant zizi

Cri, bruit, chant du Bruant zizi

Photo Flickr : fra298

Ce passereau se fait remarquer pendant la période de reproduction grâce à une brève trille (10 à 20 répétitions) sèche et monotone assez métallique qu’il répète à un rythme constant. C’est de cette caractéristique qu’il tire son nom de « zizi ».

Le Pouillot de Bonelli

Cri, bruit, son du Pouillot de Bonelli

Photo Flickr : vil.sandi

Ce pouillot se distingue de ses autres cousins par son chant très simple et facilement reconnaissable. Il est très communément entendu grâce à sa nette dissyllabe sifflée et remontante de type « pu-ie » répétée de façon rapide.

Le Hibou Petit-duc scops

Cri, bruit, chant du Hibou petit-duc scops

Photo Flickr : Imran Shah

Le Hibou Petit-duc scops est un petit rapace nocturne de la taille d’un poing et qui possède un chant sifflant bref qui se répète toutes les 2 à 3 secondes de type « kiou ». On peut l’entendre à une longue distance c’est-à-dire environ 1 km. Il arrive parfois qu’on le confonde avec un petit amphibien appelé l’alyte accoucheur.

Chant du Hibou petit-duc scops

par Timo-tschentscher – Xeno-Canto

La Huppe fasciée

Cri, bruit, son de la Huppe fasciée

Photo Flickr : Imran Shah

La Huppe fasciée est l’un des oiseaux les plus caractéristiques de la région méditerranéenne, elle fait partie de la famille des upupidès qui ne comprend que 4 espèces dont une a totalement disparue. Son chant typique est sourd et doux mais peut porter à de grandes distances. Le “woup woup woup” de la huppe constitue une phrase qui se répète à quelques secondes d’intervalle.

Les chants d’oiseaux simples et constitués de 2 types de son

Le Verdier d’Europe

Cri, bruit, chant du Verdier d'Europe

Photo Flickr : Tony Morris

Le Verdier d’Europe, passereau verdâtre, chante son « tu tu tu tu tu  …djiit djiit djiiit» selon une vibration rapide répétée avec de longues pauses entre chaque répétition.

Le Pouillot véloce

Cri, bruit, son du Pouillot véloce

Photo Flickr : xulescu_g

Le chant du pouillot véloce se compose d’une alternance régulière et monotone de deux syllabes « tsip tsap tsip tsap…. » à connotation métallique, c’est de là que lui vient son surnom de « compteur d’écus ». Le mâle chante souvent du sommet d’un arbre.

La Mésange bleue

Cri, bruit, chant de la mésange bleue

Photo Flickr : pete beard

La mésange bleue appartient à la famille des paridès qui sont des passereaux corpulents de taille petite à moyenne. Elle possède un répertoire vocal très varié mais on la reconnait facilement à l’écoute de son caractéristique « psi psi  – du du du du du » très cristallin.

La Sittelle torchepot

Cri, bruit, son de la Sittelle torchepot

Photo Flickr : Le poidesans

Espèce principalement forestière, la Sittelle torchepot se repère grâce à son sifflement très clair et plutôt lent montant ou descendant « vuih vuih vuih vuih vuih vuih vuih ».

Le Bruant jaune

Cri, bruit, chant du Bruant jaune

Photo Flickr : Sergey Yeliseev

Le chant métallique et monotone du Bruant jaune ressemble à celui du Bruant zizi. Toutefois, contrairement à son cousin, il se finit avec une note longue et trainante, lui donnant une connotation mélancolique. On peut le résumer en un « tsi tsi tsi tsi tsi tsi – tiiu ».

Le Coucou gris

Cri, bruit, son du Coucou gris

Photo Flickr : James West

Le fameux « ku koo » caractéristique du Coucou gris qui a été repris pour rappeler l’heure sur les anciennes horloges vient de cet oiseau qui porte bien son nom.

La Tourterelle turque

Cri, bruit, chant de la Tourterelle turque

Photo Flickr : Koshy Koshy

Le chant de la Tourterelle turque se rapproche de celui du Coucou gris mais se présente sur trois syllabes dont la deuxième est plus accentuée afin d’obtenir un « koo – kooh – ku » nassillard.

La Mésange charbonnière

Cri, bruit, son de la Mésange charbonnière

Photo Flickr : hedera.baltica

La mésange charbonnière est très active vocalement durant toute l’année, elle possède un chant assez constant qui se présente selon deux variantes « Tsi tu tsi tu tsi tu tsi tu » ou encore «  tsi tsi tu tsi tsi tu tsi tsi tu ».

Chant de la Mésange charbonnière

par Olivier Swift – Xeno-Canto

Les chants d’oiseaux spécifiques et caractéristiques

Le Pinson des arbres

Cri, bruit chant du Pinson des arbres

Photo Flickr : fra298

Le Pinson des arbres, passereau commun, est facile à reconnaitre aussi bien de par son plumage que par son chant. Ce dernier très stéréotypé est une phrase sonore que l’on pourrait retranscrire comme « tji tji tji tji tiup tjiup tjiup tjiup tu tu tu ui tu”. Elle commence avec trois ou quatre sons aigus puis enchaine avec une série similaire descendante pour enfin terminer par une fioriture enjouée.

Le Rougequeue noir

Cri, bruit, son du Rougequeue noir

Photo Flickr : Imran Shah

Le Rougequeue noir a l’habitude de chanter au lever du jour d’un lieu élevé (souvent sur les toits des maisons). On le reconnait aisément au son de papier froissé qui termine son chant.

Le Loriot d’Europe

Cri, bruit, chant du Loriot d'Europe

Photo Flickr : Imran Shah

Le chant du Loriot d’Europe s’apparente communément au sifflement des garçons qui croisent une jolie fille, ainsi il s’agit d’un beau sifflement flûté très typique de cette espèce.

Le Grimpereau des jardins

Cri, bruit, son du Grimpereau des jardins

Photo Flickr : hedera.baltica

Un bon moyen mémotechnique pour retenir le chant très singulier du Grimpereau des jardins est de se remémorer la phrase suivante : « Tip – si si je suis ici ».

Le Pipit des arbres

Cri, bruit, chant du Pipit des arbres

Photo Flickr : Jürgen Mangelsdorf

Alors que de nombreuses espèces se font discrètes aux heures les moins favorables, lui se manifeste avec insistance même en pleine journée. Son chant est légèrement similaire à celui du pinson des arbres mais plus long.

Le Troglodyte mignon

Cri, bruit, son du Troglodyte mignon

Photo Flickr : fra298

Son chant est plutôt puissant pour un oiseau si petit, il se compose d’une répétition de sons métalliques et de trilles. En hiver, il est facilement identifiable de par son cri d’inquiétude caractéristique « drrrrr » roulé et dur.

L’Accenteur mouchet

Cri, bruit, chant Accenteur mouchet

Photo Flickr : pete beard

La phrase que l’Accenteur mouchet gazouille est brodée sans motifs définis mais selon une mélodie plutôt aiguë. Le timbre rappelle celui du troglodyte (sans les trilles).

Chant de l'Accenteur mouchet

par Jérémy Simar – Xeno-Canto

Le Pouillot fitis

Cri, bruit, son du Pouillot fitis

Photo Flickr : Dave Curtis

Son chant est constitué d’une strophe sifflante et plaintive répétée de façon assidue de type « fit fit fit sisisisi tutudoideda ».

Les chants d’oiseaux spécifiques et caractéristiques

La Fauvette des jardins

Cri, bruit, chant de la Fauvette des jardins

Photo Flickr : Kentish Plumber

La mélodie de la Fauvette des jardins comporte d’abord une gamme de notes graves et rapides crescendo et descrescendo de façon aléatoire.

Chant de la Fauvette des jardins

par Aurélien Audevard – Xeno-Canto

La Fauvette à tête noire

Cri, bruit, son de la Fauvette à tête noire

Photo Flickr : fra298

Le chant de la Fauvette à tête noire compte parmi les plus beaux des espèces de fauvettes, c’est aussi une espèce imitatrice très douée. Elle commence par une strophe gazouillante similaire à celle de la fauvette des jardins pour terminer ensuite par des notes flutées qui la caractérisent.

Le Rossignol Philomèle

Cri, bruit chant du Rossignol philomèle

Photo Flickr : Rob Zweers

Le Rossignol Philomèle est un passereau qui est plus souvent entendu que vu, ainsi il est primordial de connaître son chant pour le détecter. Peu difficile puisqu’il reste un des plus puissants ! Il est toutefois mélodieux et se compose de strophes variées alternant des trilles, des sifflements et des sons gloussants entre plusieurs pauses. On le reconnait notamment à l’insertion de sifflements crescendo avant ses motifs vigoureux telle une mitraillette. Chanteur invétéré, s’il se trouve à proximité de votre chambre, il est parfois impossible de trouver le sommeil……

Le Rougegorge familier

Cri, bruit, son du Rougegorge familier

Photo Flickr : pete beard

La tonalité du chant est pour cette espèce très haute et le timbre est perlé. Il alterne les rythmes lents et accélérés pour en général reprendre une phrase que l’on peut définir comme : « ti bidi bidiiii…ti bidi bidiiiiii » mais les strophes sont rarement les mêmes. Le Rougegorge familier possède la caractéristique de chanter en automne dans le but de marquer son territoire alimentaire.

Le Merle noir

Cri, bruit, chant du Merle noir

Photo Flickr : Bernard Ruelle

Le Merle noir chante de façon flûtée et mélodieuse selon un rythme assez calme. Les strophes sont courtes et répétées toutes les 3 à 5 secondes mais la mélodie est très variée. Chaque mâle possède son propre répertoire.

La Grive musicienne

Cri, bruit, son de la Grive musicienne

Photo Flickr : Kentish Plumber

La Grive musicienne, appartenant à la même famille que le merle, il semble logique de noter des ressemblances entre leurs chants, notamment par l’aspect flûté et mélodieux. La grosse différence réside dans la cascade de sons qui sont répétés deux ou trois fois avec une brève pause.

Les chants d’oiseaux spécifiques et caractéristiques

L’Etourneau sansonnet

Cri, bruit, chant de l'Etourneau sansonnet

Photo Flickr : hedera.baltica

L’Etourneau sansonnet chante à proximité du nid, au printemps mais aussi en hiver quand le temps est ensoleillé. Il nous chantonne une longue phrase de sifflements et de grincements tout en ébouriffant les plumes de sa gorge. Afin d’impressionner ses prétendantes et concurrents, il a l’habitude d’imiter les autres oiseaux.

L’oiseau peut imiter le Milan noir et le Loriot d’Europe. Il lui arrive aussi souvent d’imiter la Buse variable.

Le Geai des chênes

Cri, bruit, son du Geai des chênes

Photo Flickr : Martha de Jong-Lantink

Comme l’Etourneau sansonnet, le Geai des chênes peut imiter la Buse variable mais la confusion est peu probable car la Buse crie toujours en vol alors que le cri du Geai est toujours audible d’un arbre ou d’un buisson. Comme pour tous les corvidés, on ne peut pas réellement parler de chants mais il possède un grand répertoire de cris dont le plus commun est un « kchèèch » sonore !

L’Hypolaïs polyglotte

Cri, bruit, son Hypolaïs polyglotte

Photo Flickr : Frank Vassen

Avec cette petite fauvette, il est très important d’écouter pendant un long moment le chant afin de l’identifier car il est constitué de fragments des chants de plusieurs espèces telles que les fauvettes (phrase nerveuse et variée), les merles (sons flûtés), les hirondelles (grincements), les rousseroles, etc. C’est ce qui lui vaut son nom de « polyglotte ».

Auteur : Aurélie BEA

Sources des enregistrements audios : 

Ressources bibliographiques : 

GUIDES ET CONSEILS AUTOUR DES OISEAUX DES JARDINS

Suivez-nous sur les réseaux sociaux !

Suivez-nous sur Facebook

Inscrivez-vous à la Newsletter

ipsum vulputate, tristique massa velit, ante. neque. id Sed