La France n’a rien à envier aux savanes africaines, ni aux forêts asiatiques, où les espèces animales carnivores fascinent autant qu’elles sont craintes. Lions, guépards et tigres n’ont qu’à bien se tenir ! 17 espèces de mammifères carnivores terrestres sont réparties sur l’ensemble du territoire français. De l’imposant carnassier au petit mustélidé, les prédateurs sont aussi divers que variés.

 

Les mustélidés, les petits carnivores pas très populaires

 

Court sur pattes, le corps allongé et la production d’une odeur incommodante en cas de danger, voici les caractéristiques des mustélidés, cette famille de carnivores qui sont les plus représentés sur le territoire français, avec 9 espèces à leur actif ! La plupart d’entre elles sont classées comme « nuisibles », pourtant, se nourrissant des ravageurs des cultures, ce sont des alliés de taille pour les agriculteurs !

 

Les espèces présentes sur l’ensemble de la France…

Sûrement avez vous déjà vu autour de chez vous – si vous êtes très attentifs ou si vous faites des sorties nocturnes – la belette d’Europe, le blaireau d’Europe, la fouine ou encore le putois d’Europe. On retrouve ces espèces dans la France entière, même si certaines d’entres elles, comme le putois, se font de plus en plus rares…

La plus petite espèce de la famille, la belette, se nourrit essentiellement de rongeurs qu’elle peut poursuivre – grâce à sa petite taille – jusqu’à l’intérieur de leur terrier. Elle peut aussi chasser des proies plus grosses qu’elle, comme le lapin. Le blaireau, à l’inverse, est le plus grand et le plus gros de tous. Vivant dans des terriers aux multiples galeries qu’il creuse lui-même, ce mammifère masqué se nourrit de tout ce qui lui tombe sous la patte : insectes, petits mammifères, batraciens, vers de terre, fruits, et céréales…

 

Le blaireau est le plus gros mustélidé carnivore de France

Le blaireau est le plus gros mustélidé carnivore de France – Photo Pixabay ©Beeki

…ou presque

L’hermine, la loutre d’Europe, la martre des pins et le vison d’Amérique et d’Europe, ont été recensés sur une partie plus ou moins grande de la France, selon les espèces. Tout comme ses cousins, l’hermine se nourrit de rongeurs, d’oiseaux, et de lapins de temps à autres. La loutre et le vison d’Europe, ainsi que le vison d’Amérique, eux, sont semi-aquatiques. Ils chassent principalement des poissons, des amphibiens et des invertébrés aquatiques. D’ailleurs la loutre était fortement chassée par les hommes au cours du 20ème siècle, étant reconnue comme une sérieuse concurrente des pêcheurs, ce qui lui a valu d’être de moins en moins commune. Si la loutre commence aujourd’hui à reprendre du terrain sur le territoire français, ce n’est pas le cas du vison d’Europe, qui lui, est  considéré comme l’un des mammifères carnivores les plus menacés d’Europe (en danger critique d’extinction sur la Liste Rouge de l’UICN) !

 

L'hermine, petit mustélidé carnivore présent en France

L’hermine, petit mustélidé carnivore présent en France – Photo Pixabay ©TessLuna

Les félins sauvages présents en France

 

Le chat forestier, qui n’est pas à confondre avec nos chats domestiques, et le lynx boréal sont les deux seules espèces félines présentes en France. Présent sur la moitié nord-est, dans le centre et dans le sud-ouest de la France, le chat sauvage se nourrit essentiellement de petits rongeurs. Le lynx, quant à lui, vit exclusivement dans l’est de la France et chasse les chevreuils, les chamois, des petits rongeurs et même quelques fois des insectes ! Classé « en danger » sur la liste rouge de l’UICN, le lynx est victime, principalement,  des collisions routières et ferroviaires.

 

Le lynx boréal est le plus gros félin sauvage de France

Le lynx boréal est le plus gros félin sauvage de France – Photo Pixabay ©Kaz

La genette commune, carnivore féliforme

Voilà un autre viverridé qui nous fait penser à un chat, mais avec un museau plus pointu et un corps un peu plus élancé. Vivant principalement dans le sud-ouest de la France, la genette commune se régale de petits rongeurs, d’oiseaux et d’arthropodes.

 

Les canidés sauvages présents sur le territoire français

 

J’entend le loup, le renard et… le chien viverrin

Ces canidés sont les carnivores présents sur le sol français. Si le renard n’est plus un animal à présenter, le chien viverrin, lui, est moins connu… Et pour cause ! Son aire de répartition naturelle se trouve en Asie orientale. C’est dans les années 1930 que plusieurs individus ont été introduits en Russie, notamment pour leur fourrure utilisée pour fabriquer les vêtements de l’armée. L’expansion de l’animal dans l’est de la France s’est alors faite naturellement.

Quant au loup, dont le retour en France depuis les années 1990 fait débat, il serait présent de manière régulière dans le sud-est de la France.

 

Le raton laveur, une autre espèce introduite

 

Tout comme le chien viverrin, c’est pour sa fourrure que le raton laveur a été importé en Europe, d’Amérique du nord, dans les années 1930. Omnivore plutôt généraliste, il se nourrit aussi bien de fruits, de noix et de baies que d’invertébrés terrestres et aquatiques.

 

Le raton laveur, mammifère carnivore introduite d'Amérique du Nord

Le raton laveur, mammifère carnivore introduit d’Amérique du Nord – Photo Pixabay ©Alexas_Fotos

 

L’ours, le carnivore le plus imposant de tous

 

En grand déclin, il ne reste plus que quelques ours dans les Pyrénées.  Il a été décidé d’introduire, sur le territoire français, des ours de Slovénie afin que l’espèce ne s’y éteigne pas. Après ces efforts de conservation, l’ursidé reste classé en danger critique d’extinction, avec une quarantaine d’individus recensés sur le territoire.

 

 

L'ours est le plus grand carnivore vivant en France

L’ours est le plus grand carnivore vivant en France – Photo Pixabay ©tommileew

 

A lire aussi :

venenatis, diam porta. suscipit dolor. Phasellus et, quis